Renault : les prestataires de services ne doivent pas être les laissés pour compte

Publié le

Vendredi 19 Décembre 2008 à 15h50

Alors que la filière Automobile vit une crise majeure et que le gouvernement poursuit ses consultations en vue d’un plan d’aide au secteur, force est de constater que les prestataires de services de Conseils en Technologie et en Ingénierie automobile en sont les grands oubliés, comme en témoigne le renvoi brutal de 1000 prestataires par Renault sur le seul site de Guyancourt.

Les sociétés de Conseils en Technologie et en Ingénierie souffrent de la crise de l’Automobile en raison du ralentissement des investissements dans le développement des nouveaux modèles. Les décisions de donneurs d’ordres, comme Renault, de cesser brutalement tout achat de prestations en 2009 risquent de déséquilibrer totalement les entreprises du secteur comme Akka Technologie, Altran, Assystem, Segula, Sogeti Hight Tech, Polymont, Alten, ABMI... Des milliers d’emplois et tout un savoir-faire en conception sont menacés.
Pour la CFDT, les donneurs d’ordres que sont les constructeurs automobiles doivent prendre leurs responsabilités. La rupture brutale des contrats commerciaux est inacceptable, d’autant que ces mêmes prestataires avaient investi lourdement en compétence et en matériel pour accompagner les constructeurs automobiles dans leur démarche de redéploiement géographique.
Les sociétés de Conseils en Technologie et en Ingénierie doivent, comme les constructeurs et les sous-traitants, pouvoir bénéficier des aides de l’Etat. Il est incompréhensible, alors que ces sociétés concentrent le savoir-faire de conception, qu’elles n’aient pas été associées à la mise en place du plan d’aide à la filière.
La branche Syntec, qui regroupe les 750 000 salariés prestataires, doit apporter aux entreprises et à leurs salariés les moyens de construire un nécessaire redéploiement des compétences. C’est pourquoi la CFDT a saisi ce jour la Commission paritaire nationale pour l’Emploi de la branche Syntec afin d’étudier l’action propre de la branche en matière de formation, de VAE, de support en matière de construction de PSE, et d’action cohérente vis-à-vis des Pouvoirs publics tant nationaux que régionaux.

La F3C CFDT invite ses équipes d’entreprises à construire la mobilisation autour des salariés touchés par ces cessations de prestations. Cela passera par un premier temps fort, le 15 janvier 2009, sur le site de Renault à Guyancourt.


Enfin la page facebook des prestataires est ici :
 
 

Publié dans La branche

Commenter cet article

Nicognito 30/12/2008 12:22

Bonjour,

Effectivement, J.M. Riou a bien convoqué un comité CE/DP Ligeron le mercredi 17.12 (quelques heures avant qu'on nous l'annonce) pour avis consultatif (négatif).
Apparemment, il a tout fait dans les règles, ce qui n'enlève rien de la brutalité de la réponse...

Les personnes concernées par le "chômage partiel" ont rendez-vous à St Aubin lundi 5.01 à 15h pour une réunion avec J.M. Riou.

Nicognito 27/12/2008 19:06

Bonjour,

Parmi les "entreprises" touchées par cet arrêt brutal des prestations se trouve Ligeron, division de Sonovision-Itep (plusieurs plateaux SDF et Qualité supprimés, en tout 40 postes environ).

En ce qui concerne mon plateau, un mail avait été envoyé par les Achats Renault le jeudi 11.12 pour nous confirmer que Ligeron était retenu pour plusieurs plateaux SDF.
Le lendemain: grande réunion des chefs de service et chefs d'UET: arrêt de plusieurs projets et objectif "O presta" en 2009.
Les Achats Renault devaient appeler toutes les sociétés de service concernées avant le lundi soir. En ce qui concerne Ligeron, ça n'a vraisemblablement pas été fait. Et sur mon plateau, on a eu confirmation définitive de notre "expulsion" le mercredi 17.12, soit 3 jours avant de rendre PC et badges. On se doutait qu'ils allaient couper dans les budgets, mais à ce point là...

Et réaction immédiate de Jean-Michel Riou : à partir du 06.01.2009, tous les salariés de la DOP Auto (de la division Ligeron) en intercontrat seront mis au "chômage partiel".
Moi qui croyait que je travaillais pour la société Sonovision-Itep (c'est ce qui est écrit sur mon contrat), je découvre que je travaille uniquement pour la DOP Auto Ligeron, et que la DOP Auto Ligeron est une PME indépendante qui doit assumer seule les conséquences des décisions de croissance (DOP Auto=2 clients) prises par la direction de Sonovision-Itep (Jean-Michel Riou a priori).

Suite au prochain épisode (lettres de licenciement après les 28 jours de chômage partiel maximum?)...
En attendant, je l'ai mauvaise : je pensais avoir un CDI avec Sonovision-Itep, et je découvre que j'ai un contrat précaire avec la DOP Auto Ligeron seulement.

Sylvain Stoerckler 30/12/2008 00:18


Effectivement la réponse est plus que brutale. Estce que J.M. Riou a prévenu le CE de Ligeron?
D'autre part il me semble urgent de s'associer à la démarche c'est à dire obtenir des fonds pour des formations reconversions au sein de chacune des structures sous traitantes, ce qui n'élude pas
toutes les questions. Je vais tâcher de contacter la DG pour en savoir plus. A + dès que j'ai des nouvelles