Un bâtisseur

Publié le

 

Notre efficient DRH, M. HAMON vient de poser ce jour, 26 mai, la première pierre du dialogue social tant espéré.

Dommage que ce soit une pierre tombale, avec gravée comme épitaphe « laisse ici toute espérance » .

Après une première réunion sur les salaires particulièrement prometteuse (comme nous l’avons gentiment narré dans « une erreur de casting »), nous ne pouvions espérer autre chose que du sublime. Et en effet, M. HAMON ne nous a pas déçus.

Lors du premier round de négociation, M. HAMON envisage une augmentation moyenne de 2% (augmentation générale et individuelle) en assénant 4 piliers de la sagesse néolibérale dont voici un extrait significatif : « On ne peut pas être les plus chers et on ne peut pas avoir les salaires les plus élevés ».

Donc M. HAMON veille. Il aurait pu rajouter, que si un jour Sono diversifie ses clients et devient sous-traitant d’un puissant industriel du Sous-continent, par exemple M. MITTAL, l’ensemble des rémunérations sera versé en thé Assam,  pate de curry et sari fait main pour les dames.

Toutefois il conclut en précisant qu’il est attaché à ce que les plus faibles rémunérations bénéficient d’un surcroît de largesse, suivant en cela les préceptes de Léon XIII, qui en 1891, dans son encyclique Rerum novarum (des choses nouvelles) constitua ce grand patronat à la fois libéral et altruiste qui fit tant pour l’émancipation des classes laborieuses.

Nous nous quittâmes comblés et impatients de nous retrouver, ce qui fut fait ce mercredi 26 mai.

Et nous eûmes enfin communication de la répartition de la manne : 2,1 % pour les salaires inférieurs à 1.850 €, 2% de 1.851 à 3.050 € et enfin 1,9% pour les salaires au-delà de 3.051 €, augmentation générale et individuelle comprise, bien entendu.

Il faut savoir que la société dégage un résultat net de 11% (ce qui est plutôt bien par les temps qui courent) et que la part de la masse salariale représente 38% du CA. Ce qui est remarquable pour une société qui vend essentiellement de la matière grise. La moyenne dans la branche professionnelle s’établit à 50% du CA : par exemple 48%  pour Altran (salaire moyen de 3.500 €) et 69 % pour Assystèm (source info financière Assystèm, page 134).

Le résultat de Sonovision est légèrement en baisse par rapport à 2008 qui nous avait gratifié de 11 Millions d’€ de résultat net pour un chiffre d’affaire de 67 M€ (source : http://www.bilansgratuits.fr/static/542001193-SONOVISION-ITEP.html)

 

Stupéfaits par tant d’audace, nous autres, organisations syndicales, après concertation, proposons les augmentations suivantes : 

  • Salaires inférieurs à 1.900 € : 70 € d’AG et 1 % d’AI

  • De 1.900 à 2.500 : 60 € d’AG et 1 % d’AI

  • De 2.500 à 3.100 : 50 € d’AG et 1 % d’AI

  • Au-delà de 3.100 : 2 % d’AI

Après quelques minutes M. HAMON revient nous voir en nous signalant, d’une part qu’il est d’accord pour revoir les tranches, c'est-à-dire qu’au lieu de raisonner à 1.850, 2.450 et 3.050 il accepte 1.900, 2.500 et 3.100 comme pallier et d’autre part qu’il est prêt à consentir un effort supplémentaire tellement conséquent que la seule comparaison possible remonte au Front populaire. Après avoir lourdement insisté, nous obtenons enfin le montant de cette contribution.

La direction propose, en 2010, pour les salaires :

  • Inférieurs à 1.900 € : 2,20 %, soit 1,4 % d’AG et 0,8% d’AI

  • De 1.900 à 2.500 : 2,1 %, soit 0,8% % d’AG et 1,3% d’AI

  • De 2.500 à 3.100 : 2,1 %, soit 0,5% % d’AG et 1,5% d’AI

  • Au-delà de 3.100 : 1,9 % d’AI

Cela veut dire qu’un salarié payé 1.900 € va bénéficier d’une augmentation de 26,60 € brut, soit un net d’environ 20 €, ce qui va lui permettre d’entamer une carrière de trader. Un salarié qui touche 2.000 € se verra gratifier de 16 € brut, soit 12 € net. A 2501 € il aura une augmentation de 12,5 €, soit un gain de 9,25 € net de pouvoir d’achat, ce qui constitue, assurément le début de l’opulence.

Le dernier accord signé par les organisations syndicales remonte à 2008. Il prévoyait 45 € d’AG pour les salaires < à 1.800 €, 43 € d’AG pour les salaires entre 1.800 et 2.400 € et 40 € pour les salaires entre 2.400 et 3.000 €.

Après une « Annus horribilis » que fut 2009, nous constatons que nous repartons enfin sur de bonnes bases.

M. HAMON, merci pour tout,  mais par pitié soyez imaginatif, ayez de l’audace. Allez, par exemple nous vous proposons une méthode qui est la fois ludique et participative. Vous inscrivez les chiffres de 1 à 25 sur la circonférence d’un disque que vous avez préalablement muni d’un axe et d’un index. Ceci pour la partie méthodologique. Puis vous demandez à chaque salarié de tourner fortement le disque. Ceci pour la partie ludique. Enfin à l’issue de la rotation, vous demandez au salarié d’inscrire le chiffre au regard de l’index. Ce sera son augmentation, et voici l’aspect participatif. Mais attention à veiller au respect de règles strictes, on ne joue qu’une fois chaque année.

 

Retrouvez nous sur : http://cfdt-s3c-sonovision-itep.over-blog.com/

 

La CFDT lance une pétition pour de vrai négociations de salaire dans la branche (et oui là aussi !!) : http://www.mesopinions.com/Soyons-solidaires-sur-les-salaires-petition-petitions-bf8411e5aa4a0402e265c50d23b19346.html

 

Action salaire sur Facebook : http://www.causes.com/causes/86428/about?m=6b9ced34

 

Publié dans Saute d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article